Nuestro sitio web utiliza cookies para mejorar y personalizar tu experiencia, así como para mostrar anuncios (si los hay). Nuestro sitio web también puede incluir cookies de terceros, como Google Adsense, Google Analytics y Youtube. Al utilizar el sitio web, aceptas el uso de cookies. Hemos actualizado nuestra Política de privacidad. Haz clic en el botón para consultar nuestra Política de privacidad.

la directrice de cabinet d’Andry Rajoelina arrêtée à Londres pour tentative de corruption

La directrice de cabinet d’Andry Rajoelina a été arrêtée, jeudi 10 août, à Londres et inculpée de « tentative de corruption » auprès de la société Gemfields, spécialisée dans l’exploitation et le commerce des pierres précieuses, a annoncé l’Agence britannique anti-criminalité (NCA), lundi 14 août, confirmant une information du Financial Times. Romy Voos Andrianarisoa, 46 ans, était accompagnée de Philippe Tabuteau, un Français de 54 ans, qui a également été écroué à l’issue de l’opération menée par le National Crime Agency NCA après la dénonciation de Gemfields.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A Madagascar, une plainte déposée contre le président Rajoelina pour « atteinte à la sûreté de l’Etat »

La Malgache et le Français auraient tenté d’obtenir une commission de 225 000 livres (260 000 euros) et une participation de 5 % dans le capital de la société, selon l’agence chargée de la lutte contre le crime organisé. « Nous remercions Gemfields d’avoir porté cette affaire à notre connaissance et de leur coopération pendant l’enquête », a déclaré Andy Kelly, le responsable de l’unité de lutte contre la corruption internationale de la NCA, cité par le quotidien des affaires.

Les deux inculpés doivent rester en garde à vue jusqu’à l’audience devant la cour de Southwark prévue le 8 septembre. En vertu du Bribery Act de 2010, les chefs d’inculpation retenus – « avoir demandé, accepté de recevoir, ou reçu » un avantage financier ou autre – sont passibles d’amendes et de peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à dix ans.

Gisements de pierres précieuses

Romy Voos Andrianarisoa occupe le poste de directrice de cabinet depuis mars et fait partie du proche entourage du chef de l’Etat malgache. Elle avait jusqu’à cette nomination fait carrière dans le secteur privé, notamment comme responsable pays de British Petroleum à Madagascar puis de la major chinoise China National Offshore Oil Corporation (CNOOC). Elle présidait encore récemment la commission de développement durable et d’éthique des affaires du Groupement des entreprises de Madagascar (GEM).

Philippe Tabuteau n’apparaît pas dans l’organigramme officiel de la présidence, mais il appartient, avec Gérard Perceau, chargé du Plan Emergence, ou Gérard Askinazi, récemment recruté pour améliorer l’image du président à l’étranger, au petit groupe de Français dont s’est entouré Andry Rajoelina. Il est président de la société Impact Capital, spécialisée dans le conseil aux entreprises et aux gouvernements et dont le siège se trouve à Genève. Ses liens avec Madagascar remontent à la fin des années 1990.

Lire aussi : A Madagascar, Andry Rajoelina récuse le débat sur sa nationalité française

La NCA – qui a publié un communiqué officiel lundi matin – n’a pas donné davantage de précisions sur les contrats potentiellement en jeu dans les discussions entre Gemfields et les deux accusés. La société britannique convoite de longue date les abondantes ressources de Madagascar sans avoir pu jusqu’à aujourd’hui passer à une phase opérationnelle. En 2008, elle avait fait l’acquisition de la société Oriental Mining, alors détentrice d’une quinzaine de licences d’exploration pour des gisements de saphirs, rubis, émeraudes et tourmalines dans les régions d’Antananarivo, de Fianarantsoa et de Toliara. Mais le coup d’Etat l’année suivante, qui avait porté Andry Rajoelina au pouvoir jusqu’en 2014, plonge le pays dans la crise et l’isole sur le plan international. Un moratoire sur l’octroi de nouveaux permis miniers entre en vigueur. Il vient seulement d’être levé avec l’adoption en mai d’un nouveau Code minier. Ce qui pourrait expliquer la reprise des négociations avec Gemfields.

Ce scandale intervient à moins de quatre mois du premier tour de l’élection présidentielle prévue le 9 novembre. Andry Rajoelina n’a pas encore annoncé officiellement sa candidature.

By Noel Gómez

You May Also Like